Les prêts immobiliers sont sujets à des contrats à très long terme. Durant cette période, de nombreux évènements et incidents peuvent arriver. Pourtant, puisque le remboursement est une obligation, il est important de s’en acquitter jusqu’à la fin. L’assurance-crédit est une couverture qui préservera l’emprunteur des éventuels problèmes de paiement. 

Cette protection est importante bien qu’elle ne soit pas obligatoire. Les professionnels recommandent aussi aux futurs assurés de faire le bon choix d’assurance afin de bénéficier de l’offre adéquate.

Cela peut vous intéresser : Conseils pour calculer sa mensualité de prêt immobilier

Comment souscrire une assurance emprunteur?

Les établissements financiers disposent également d’un système d’assurance. Ainsi, lors d’une souscription de contrat de prêt, la banque peut déjà proposer une couverture au bénéficiaire. Toutefois, selon la loi Lagarde, l’emprunteur a le droit de choisir sa compagnie d’assurances. 

L’important est de s’assurer que l’institution soit inscrite à l’ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance) et qu’elle présente les garanties obligatoires. Pour souscrire une offre, les futurs assurés peuvent accéder directement aux plateformes de professionnels. Les sites sont souvent dotés d’un comparateur. 

A découvrir également : Que faire de la maison après un divorce??

Les contrats individuels ont pour avantage de correspondre parfaitement aux besoins des emprunteurs. L’assurance pourra être établie à la demande. Qui plus est, les taux sont nettement plus intéressants que ceux des groupes puisqu’ils sont calculés en fonction du montant qui reste à rembourser.

Quelles sont les garanties?

Vérifier chacune des garanties et ses caractéristiques est une étape importante lors du choix d’une assurance-crédit. Il faut, par exemple, s’assurer de la limite d’âge prévue par l’assureur dans le cas de la garantie décès. Le niveau moyen est de 65 ans, mais il est possible de négocier jusqu’à 70 ans.

En ce qui concerne l’invalidité et l’incapacité, le fait que la garantie soit temporaire, totale ou partielle est absolument à clarifier. Et puis, il y a la prise en charge en cas de perte d’emploi. Ici, il est utile de connaître si l’assurance s’applique durant les périodes d’essai, la préretraite, le chômage ou suite à une démission volontaire.