vendredi, janvier 28, 2022

Le tour-opérateur allemand TUI embauche un robot

Le célèbre tout opérateur allemand a annoncé mercredi 12 septembre, qu’il avait embauché un robot à un poste d’assistant. Son objectif : aider ses collègues dans des tâches simples et les aider à s’ouvrir aux questions et aux opportunités qu’offre la robotique au monde du travail tout entier et pas seulement aux employeurs.

Un véritable poste d’assistant

Si aucun papier officiel n’a été transmis, les dirigeants de la grande entreprise ont annoncé que ce petit robot d’un mètre vingt disposerait d’un véritable emploi à plein temps déclaré. Il aura donc un emploi à part entière dans l’entreprise, une fiche de poste, des objectifs à remplir et il sera évalué comme le reste de ses collègues.

A lire également : Faire le bon choix d'oscilloscope

Sujet a lire : Quel Iphone devez-vous choisir en 2018 ?

En revanche, les responsables de l’embauche de ce petit robot n’ont rien précisé sur la nature de la rémunération qu’il percevrait. Aucune déclaration donc sur le montant de son salaire et, à n’en pas douter, ce nouvel employé ne sera pas rémunéré de cette façon-là. Ce qui ne l’empêchera pas d’être efficace à en croire sa fiche technique.

A découvrir également : Essor de la domotique : comment nos maisons se géreront toutes seules ?

Effectivement, il est capable de comprendre et d’exprimer une large palette d’émotions et d’apprendre un grand nombre de choses. Il peut mémoriser des lieux et des tâches à effectuer ainsi que le fonctionnement plus ou moins complexe de certains dispositifs. Surtout, il sera sociable puisqu’il pourra reconnaître des personnes qu’il a déjà vues auparavant.

Avez-vous vu cela : Comment choisir son drone ?

La robotique au sein des entreprises

Si le robot a déjà largement sa place au sein du monde du travail, notamment avec les robots collaboratifs qui ont totalement transformé le paysage des chaînes de production en leur faisant considérablement gagner en efficacité, c’est la première fois qu’une entreprise place un robot humanoïde au sein de ses salariés et lui donne le statut d’employé.

Beaucoup de sceptiques y voient déjà l’avènement de l’ère de la robotique qui finira par coûter leurs emplois à des millions de travailleurs peu ou pas du tout qualifiés. Pourtant, d’après une étude du cabinet britannique PWC publiée en juillet 2018, l’intelligence artificielle et la robotique devraient supprimer autant d’emplois qu’elles vont en créer.

La disparition des métiers pénibles

Plus que la disparition du travail, la promesse de la robotique serait davantage de faire disparaître les métiers pénibles pour offrir à chacun un métier plus respectueux de son intégrité physique et mentale, à condition que la société accepte de se réorganiser un peu autour de cet idéal commun.

Toujours selon l’étude de PWC qui abonde dans ce sens, les secteurs qui seront le plus lourdement impactés par l’arrivée massive des robots munis d’intelligences artificielles sont exactement les mêmes que ceux qui ont été impactés par l’arrivée des robots collaboratifs : l’industrie et les transports. Ces secteurs, connus pour la pénibilité des emplois qu’ils proposent, connaîtront les plus grandes diminutions d’emplois.

Cependant, les secteurs de la santé et de l’éducation, où le travail est moins pénible, profiteront pleinement de cette arrivée de l’intelligence artificielle et de nombreux emplois devraient y être créés. Alors, plutôt que de craindre l’arrivée des robots, nous devrions nous demander au service de quoi et de qui nous aimerions les placer.