mercredi, décembre 1, 2021

Comment bien utiliser l’inhalateur ?

De nombreuses maladies peuvent pousser certaines personnes à utiliser l’aérosolthérapie ou le traitement par inhalation. Celles-ci sont entre autres l’asthme, l’angoisse, la bronchopneumopathie et les allergies. L’inhalateur a la capacité de soulager les problèmes respiratoires causés par ces pathologies. Pour que le traitement soit efficace, il faut savoir utiliser correctement le dispositif.

Les principaux types d’inhalateurs

Avant toute chose, il faut connaître les différents types d’inhalateurs permettant d’administrer des médicaments contre l’asthme. En premier lieu, on cite les inhalateurs pressurisés. Ce sont les plus communs des aérosols doseurs pressurisés comme la Ventoline par exemple. Ceux-ci requièrent une bonne coordination des poumons. Autrement dit, il faut synchroniser le moment d’inhalation avec le temps d’appui sur le bouton déclencheur. Ensuite, il existe les inhalateurs pressurisés auto-déclenchés. Ceux-ci déclenchent automatiquement le départ du produit vers les bronches lors de l’inhalation.

A lire également : Comment choisir un thermomètre ?

A lire également : 7 Causes que vous ne perdez pas de poids

Après, on peut utiliser des inhalateurs de poudre sèche ou DPI. Ce type permet de diffuser une poudre que la personne va inhaler pour éviter les problèmes de coordination des poumons. Pour pouvoir utiliser ce genre d’inhalateur, il faudrait inspirer par l’embout buccal afin d’extraire le médicament et aller vers les poumons. Enfin, il est possible de choisir des inhalateurs de brumisat qui diffusent un petit nuage dans lequel se trouve le produit. Ce type de dispositif ressemble aux aérosols.

A lire en complément : Comment bien préparer son premier rendez-vous chez l'orthodontiste??

Les bienfaits d’utiliser un inhalateur

 

A lire en complément : Le tensiomètre Omron M3 est le meilleur choix que nous avons fait

L’inhalateur est un dispositif utilisé principalement pour traiter des crises dues à des difficultés respiratoires principalement une crise d’asthme. C’est d’ailleurs le moyen d’administration le plus actif des traitements antiasthmatiques. Effectivement, l’inhalation apporte une quantité importante de médicaments pour le malade. Celle-ci permet d’alléger les crises, mais aussi d’éviter les nouvelles. C’est le traitement de fond ayant pour objectif de supprimer ou de contrôler l’inflammation de l’asthme ou autres maladies respiratoires. Les médicaments agissent sur l’inflammation chronique des bronches. Un des bienfaits de l’inhalation c’est également de pouvoir limiter les effets secondaires contrairement aux comprimés. Le médicament ne passe pas dans le sang et l’organisme.

Les différentes méthodes d’utilisation d’un inhalateur

 

Même si un inhalateur semble difficile à manipuler, il peut être facile à utiliser avec un peu de pratique et en choisissant entre différentes méthodes qui sont :

L’aérosol doseur ou spray

Cette première méthode d’inhalations’agit d’un dispositif ancien constituant la Ventoline, la Bécotide et l’Innovair. Celui-ci fonctionne en conditionnant le principe actif dans une cartouche métallique. Pour libérer la dose de médicament, il suffit d’appuyer sur la cartouche. Avant chaque utilisation, il est impératif de toujours agiter l’aérosol. On peut trouver ce système d’inhalateur dans de nombreux laboratoires et pharmacies. On peut avoir le choix entre plusieurs actifs.

L’Autohaler

La seconde méthode est l’utilisation d’un Autohaler. Celle-ci a pour principe de déclencher la bouffée par l’inspiration. Le traitement se fait en solution ou en suspension. Lorsque la prise de la dose est effectuée, on peut entendre un déclic. Pour que ce système puisse bien fonctionner, il est conseillé de l’amorcer en libérant deux bouffées lors de la première utilisation.

L’Aerolizer ou le système bronchodual

Dans ce procédé, le médicament est conditionné sous forme de poudre sèche libérée par perforation d’une gélule. Dans ce système, il n’est pas utile de coordonner le déclenchement et l’inhalation. Il n’y aurait donc pas de risque de prendre une double dose par erreur. Il faut seulement faire attention de ne pas avaler la gélule. On l’introduit tout simplement dans l’inhalateur puis  l’inspiré.

La méthode Diskus

Dans cette méthode, l’inhalateur est constitué d’un compteur de doses pour faciliter le traitement. Ce dispositif ne requiert pas de coordination main-propre. On sait tout de suite que la dose est prise à cause du goût du médicament comme du lactose. L’avantage de ce système c’est d’avoir une facilité d’entretien. Il s’effectue seulement au niveau de l’embout buccal.

La méthode Turbuhaler

Cette méthode est constituée d’une poudre pour inhalation avec embout buccal. Elle fonctionne uniquement à l’inspiration. La poudre est délivrée dans le poumon lorsqu’on inspire le dispositif. La méthode Turbuhaler a l’avantage d’être facile d’utilisation. Le dispositif n’a pas besoin de nettoyage.

Les précautions à prendre dans l’utilisation d’un inhalateur

Pour que l’inhalateur puisse bien fonctionner durant le traitement, quelques précautions doivent être considérées. Il est essentiel par exemple de savoir la meilleure manière d’inhaler le produit et de surtout de bien préparer la dose. Pour cela, on peut utiliser un bouton à appuyer ou un levier à baisser. Il faut également adapter le temps d’inhalation en fonction du dispositif inhalé. Si on choisit un aérosol doseur pressurisé, l’inhalation devrait être lente et profonde. Par contre, si c’est un inhalateur de poudre sèche qu’on utilise, il faut être rapide et puissante.

Une des précautions à prendre aussi c’est de retenir le souffle pendant au moins 5 secondes après le traitement pour que le produit puisse bien se déposer dans les poumons et soigner les problèmes respiratoires. Respirer tout de suite après entraîne le rejet d’une partie de produit. Après, une fois l’inhalation terminée, il ne faut pas oublier de rincer la bouche avec de l’eau fraîche. Cette action permet d’éviter les éventuels effets indésirables au niveau buccal. A part la bouche, il faut également nettoyer régulièrement le dispositif. Il se peut que des déchets se placent dans l’inhalateur bouchant la conduite d’administration du médicament. Pour l’entretien, il ne faut surtout pas utiliser de l’eau. Comme l’appareil n’est pas étanche, cela va endommager l’appareil.

Consulter un médecin pour l’utilisation d’un inhalateur

Pour optimiser l’efficacité du traitement avec l’inhalateur, il faut toujours consulter un médecin. Ce spécialiste peut recommander le type d’inhalateur idéal et qui convient le mieux au patient. Il va montrer la meilleure manière d’utilisation du dispositif pour ne pas faire d’erreurs. En fonction de la gravité de la maladie, il va déterminer la durée du traitement.

Par ailleurs, que ce soit pour un premier ou une continuation de traitement, on peut également se faire accompagner par un pharmacien dans le suivi du traitement prescrit par le médecin. Il peut donner des conseils pour l’application de gestes simples afin d’aider le patient à mieux vivre le traitement, mais surtout la maladie.